L'espoir des oiseaux

Les oiseaux se sont tus à l’aube de ta nuit
Pour mieux bercer nos cœurs du chant le plus intime
Et leurs voix en écho d’un battement sans bruit,
S’envolent vers le ciel d’inaccessibles cimes.

La nature est en deuil de ton enchantement,
De cette communion posée en chaque fleur.
Après avoir souvent bercé tes errements,
Elle fait ton repos près du saule pleureur.

Puis comme le présent d’un peu de ses secrets,
Il neige en plein Juillet d’étranges flocons blancs,
Des graines en coton qui s’en vont sans regrets
Vers des monts inconnus sur les ailes du vent.

C’est la vie qui se donne en ce nouveau voyage
Pour que rien ne s’efface au creux de ton absence,
Nous emportons ton rire et ce tant de courage
Et l’espoir des oiseaux qui brise le silence.




Ecrit par Myosotis
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net