L'été


Voici l'été enfin
Temps prisé, bienvenu
Où Céres la blonde
Et Hélios son complice
Font murir les blés d'or
Et brunir les corps nus

En ces longs jours propices
Aux « farniente » vacances
Où les grains et les herbes
Se moissonnent et s'engerbent
Bons nombres se délectent
Opportuns et mondains
En des lieux très sélects

Loin des routes, hors les plages
Où vacanciers défilent
A la mode du temps
En bikini, en files
Le poête ce sage
Ignorant de ces mondes
Vit durant « Messidor »
En composant des stances
A la gloire du temps


Commentaire: Ode ou poème lyrique par Cépygé.X
Les Maissineries VI.20


Ecrit par Cepyge X
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net