Le passeur d'étoiles

Mon âme, avons-nous assez navigué?
Tant d'îlots fertiles, tant de naufrages
Las! Sans but ni sans port contre l'orage
De ces tristes haillons d'or morcelés.

Partons! L'océan d'amour revêtu
Regrets, charmes, ô parfum trop aimé
De l'écume. Contre l'azur vêtu
Mon âme, avons-nous assez navigué?

Et ni la houle, ni le flot facile
Des jours enfuis, des secondes graciles
Ô nuit! Ne retiendront ce cœur délié.

Récifs, songes, rêves ivres d'étoiles
Semés sur l'oubli tendu de nos voiles
Mon âme, avons-nous assez navigué?


Au passeur d'étoiles
Guillaume Apollinaire


Ecrit par Eliande
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net