Vision printanière

Ce matin j’ai vu de mes yeux attendris
Evadés d’une nasse cotonneuse
Un bestiaire improbable drapé d’organdi
Remonter lentement ma vallée en bourgeons
Où milles oiseaux scintillaient des couleurs

Le temps d’embrasser ce théâtre éphémère
Le vent a balayé en cache-col ma nuée

M’en suis retourné engourdi
Le long du bief et de la mare aux ombles
Frissonnant de saveurs intemporelles
Aux beaux gris mouillés
Valsant de vives larmes intranquilles
En perles d’ivoire boréal

Auprès de la source pétillante d’étoiles
Nimbée d’ondes printanières
Aux sons et sens cachés
Sur le sein d’argile d’Ondine
Ai posé ma joue en feu




Ecrit par Tigrou
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net