À elle

Aujourd’hui je m’endors oubliant que demain
Le soleil sera, ou peut-être la pluie
Et quand sonne le glas de cette amère vie
Je pose le décor et m’enferme en son sein

Le rêve se déverse en la douce agonie
Son visage apparaît dans les tendres nuages
Et la foudre se plaît à tonner dans ma rage
À la fin de l’averse sonnera l’aphonie

Ainsi irai-je à elle oubliant toute astreinte
Et le refus mortel bandera d’étreintes
Une lueur affable de mon cri d’espoir

La raison est vicaire où l’amour est curé
Mais l’amour est sicaire où l’espoir emmuré
Et l’ardeur ineffable reviendra ce soir




Ecrit par Robin
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net