Sous le bigaradier

Sous le bigaradier...

_____________ஜ۩۞۩ஜ____________

Sous un bigaradier parfumé de Séville
Dans ce pairi-daiza* je cherchais la fraîcheur
Lorsque le soleil cogne, il abrite mon cœur
Loin du bruit, des humeurs, je me recroqueville.

Songeant à la douceur mon esprit par en vrille
Vers Cimé, l'Éolide, instants de pur bonheur
Me baignant tel Narcisse aux bras d’Écho, ma sœur
Savoureux souvenir qui déjà décanille.

La vie, ce fil ténu que la moire veut prendre
Lente décrépitude, Atropos** feint d'attendre,
Alors dans la pléiade auprès de l'Angevin.

L'aède inconsolé se veut Desdichado
Mais dans un battement d'ailes quand l'ange vint
Il n'est que fruits gâtés, peints par Arcimboldo.

Le mardi 1er septembre 2020 ©

*signifie en vieux persan « jardin clos » ou « verger protégé de murs »
** L'une des trois parques (moires) l'inflexible




Ecrit par Kerdrel
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net