Songe d'une nuit d'été

Nous allions au verger cueillir les abricots
Aux sucres de soleil, au pulpe gouleyant,
Tes yeux y reflétaient tous les feux du couchant
Et ta robe frôlait mes longs doigts en rameau.

Au loin, un clair voilier enflammait l’horizon
Au cri des goélands qui fondaient dans les eaux,
Sur les flocons du ciel, je pouvais lire un nom,
Celui qui dans mon cœur animait les vaisseaux.

Et nous suivions l’aronde dans le souffle du vent
Pour cueillir les couleurs au prisme du printemps,
Puis nos mains jointement cueillaient des blés dorés
Quand l’épi se gorgeait au chant du roitelet.

Ah ! Dussé-je bercer sur l’aube au front d’argent
Nos rêves colorés aux bleus des océans,
Je laisserai ma robe venir frôler tes doigts
Et ton souffle frémir quand nos peaux se tutoient.

Au clapotis des vagues, quand la voile se tend,
Nous affublions nos songes dans le soleil couchant
Pour les faire briller sur un front blanc de lune.
Nous nous endormions sur la perle blanche des dunes*.

*perle blanche des dunes =diotis maritime, une de ces plantes qui fleurissent en été ds le midi .


Pieds-enVers et banniange.




Ecrit par Banniange
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net