La roue tourne

Entends-tu ? Malheureux enfant
Dont l’espoir est partie.
Ce cliquetis que tu entends
Dans l’Univers petit :
C’est le chant de la roue qui tourne ;
Ressens son mécanisme.
Son mouvement ne se détourne
Et ne connaît le schisme.
Gamin, reste assis sagement
Et patiente en silence.
Ô grand jamais la roue ne ment
Et n’oublie l’évidence.
Ta triste colère insatiable
Ne pourra subsister
A cette valse infatigable
Qui permet d’exister.
Ton coeur lourd deviendra colombe.
L’abîme sera ciel.
Ton oeil noir noyé par le Monde
Méconnaîtra le sel.
Sans forcer, tu délaisseras
L’absurdité des doutes.
La détermination suivra
Ton âme au long des routes.
Contemple au soleil la pitié
De tous tes ennemis.
Puis avance et sois l’héritier
De ta propre alchimie.
Fuis la vengeance et le pardon,
N’attends pas de ristourne.
Préserve au fond des yeux ces dons
Car toujours la roue tourne.




3 novembre 2020, A. P.




Ecrit par Macpicsou
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net