Acuité du leurre



J’avais réglé la longueur de ma chaîne
Sans que Morale ou Famille me nuise ;
La tête haute, et me croyant exempt
D’obligations, de l’interdit vexant,
J’allais naïf, m’imaginant sans gène,
Bien que sachant que tout temps s’amenuise…

Donc, ayant fui l’humaine condition,
Trompé, Nature, un goût de procréer,
Et refusé, des dieux comme des hommes,
Cultures, scions, racines et rhizomes,
Je me suis cru, parmi les loups, lion !
… Or tant d’espoirs sont à réagréer,

Car aujourd’hui mes esprits sont lucides ;
J’ai beaucoup lu, j’ai vu jusqu’à la Chine :
Nous sommes tous les enfants du Démon !
De chaque mot le Diable est étymon ;
O vérité, qui dans l’enfer résides,
Proche au néant, à quoi sert qu’on s’échine ?

Face au réel (lui ne pardonne pas),
L’ivre phantasme est d’un confort sans nom !

… Mais épuisé, j’arrive au bout du monde ;
Je reste au sol, là-bas vole l’aronde,
Et si la Muse aile parfois mes pas,
J’entends l’Azur, qui toujours me dit :
- NON!




Ecrit par Salus
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net