Ventre vide et coeur plein

Une femme à croquer
profitait de ses nuits
pour se faire dévorer
par un bel appétit,
moi dans mon nid douillet
je l'écoutais crier
sachant qu'au petit jour
ce serait à mon tour;
de manger dans sa main
quelques miettes nocturnes
de son petit festin.

Mais voilà qu'un matin
un autre avec moi
attendait son repas
quand enfin c'est ouverte,
tout là haut ta fenêtre
tu avais dans les mains
beaucoup plus de miettes
que mon piètre estomac;
allez savoir pourquoi
pour une fois ton festin
m'a paru malhonnête.

Le lendemain suivant
tous les deux en copains
on attendait bêtement
notre sacro-saint repas,
quand un affreux corbeau
a frappé tes carreaux
en voyant ton sourire
à travers les rideaux;
alors moi j'ai pensé
à partir de demain
j'aurai plus jamais faim.

A partir de cette nuit
l'indécence de tes cris
m'a coupé l'appétit
c'est pourquoi le matin,
je suis resté couché
au lieu d'aller chercher
ce que tu nous jetais
c'était bien mieux ainsi;
lorsque je mangeais moins
mais que ce petit rien
n'était rien que pour moi.


Tiré de l'album G.jaril sur soundcloud.fr

Ecrit par Gjaril
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net