L'oiseau moqueur




En se tenant bien loin de ce rapace
Pour éviter le pis d’un face-à-face,
Un oiseau moqueur lança des «hou hou»
Vers une branche perchée d’un hibou.

L’autre jour aussi, chantant des «cui-cui»
Vers un poussin gris dans son nid hardi,
Il fit face à une mère fantasse
N’appréciant guère la blague bêtasse.

Moquerie don, daine, moquerie don, dé;
Facétie don, daine, facétie don, dé.

Tous les jours, il faisait des clowneries
Provoquant ainsi plusieurs bouderies
De ses voisins d’à côté et d’amis
Trop souvent la cause à tous ses ennuis.

Une nuit, se réveillant en sursaut
Par le cri d’un voisin un peu trop sot,
Il reçut un vilain « taratata »
Dans ses oreilles naines de fada.

Moquerie don, daine, moquerie don, dé;
Facétie don, daine, facétie don, dé.

À se moquer éperdument des autres,
On reçoit le boomerang de ses fautes
Par quelques levées de bouffonneries
En se couvrant ainsi d’ignominies.

L’oiseau a appris de cette leçon
Qu’il faut parfois modérer son action
Pour ne point créer dans son entourage
Une chamaillerie de voisinage.

Moquerie don, daine, moquerie don, dé;
Facétie don, daine, facétie don, dé.


(Fable)


Tous droits réservés © Claude Lachapelle / juin 2017

Ecrit par Claudel
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net