Beau vain

Il demeura longtemps ignorant de son âme
Jusqu'à ce jour enfin que de toi il s'éprit
En son vers consuma la passion qu'il décrit
Son horizon son ciel ce lever de sa dame

Il fut soudainement emporté par la lame
A cet enlèvement tout son être a souscrit
Pourtant la femme encor n'était qu'une gamine
Et lui même n'était de sa vie le facteur

Il en devint très lentement ce piètre acteur
Que du passé perdu sa mémoire rumine
Il tente cependant de garder bonne mine

Sachant que de ce mal il n'est aucun docteur
Pour qu'en sa trame fine entre et douce se glisse
Ce souvenir de toi qui comble son délice.




Ecrit par Jim
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net