Justificatif de sortie pour peindre après le couvre-feu

En ce moment, les nuits sont des lavandières dans une eau bleue tumultueuse.
Sur le ventre des collines il vente et le froid nous froisse.
Mais viens Vincent, viens !
La pulpe de ton pinceau rinçant les faisceaux de douze yeux,
tu peindras si tu le veux nos étoiles dans ces nébuleuses.
Et pour étendre ton regard là,
n’oublie pas d’attacher un fil entre le clocher de la paroisse et la cime du plus haut cyprès.


Fait par monsieur le maire : J. Texcas.Gouvgouv
premier meunier et blanchisseur
(valable sur la commune de Saint-Rémy-de-Provence pour ce mois de mai 1889)





Ecrit par Hugo98
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net