Poussières de vie

Bien des gens que j’aimais
Sont partis en fumée,
Échappés à jamais
Par une cheminée.

Ils se sont consumés
Aux flammes éternelles,
Mes amours bien-aimés
En cendres immortelles.

Échappés à jamais
À la terre féconde,
Ils reposent en paix
En nuée vagabonde.

Mes amours bien-aimés
Dont les cœurs d’allégresse,
Réchauffant mes dîners,
Égayaient la kermesse.

Ils reposent en paix
Dans leur grande envolée
Comme des moqueurs geais
Fuyant le mausolée.

Réchauffant mes dîners,
Mes amours bien-aimés,
Échappés à jamais,
Ils reposent en paix.





Tous droits réservés © Claude Lachapelle / avril 2021


Ecrit par Claudel
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net