L'amour est aveugle sur la ligne trente

Comme à mon habitude, j’ai pris ma canne blanche,
Mes lunettes fumées, mon allure hésitante
Pour trouver une place, sur cette ligne trente.
Je suis faux non-voyant, sauf bien sûr le dimanche.

Elle m’a cédé sa place, sa main prenant mon bras
M’invita à m’asseoir, avec délicatesse.
Le bus devint carrosse, la belle une princesse.
Assis là devant elle, je cachais mon émoi.

Mes yeux s’embuent de joie, peut-être d’une larme
Mais voilà la sonnerie, c’est le signal d’alarme.
Le réveil en sursaut, et mon père qui braille,

C’est l’heure de se lever, on m’attend à l’école.
Ma mère tendrement, me prend par mon épaule,
Met dans mon sac à dos, mon dernier livre en braille.




Ecrit par Coucou
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net