Le rêve éveillé


Pluie qui ruisselle le long du corps frissonnant,
Dans un bruissement assourdissant.

Esprit divague et s’évade loin de la lagune,
Là où les vagues cachent la dune.

O que j’enrage de tes colères éclaires,
Toi qui tonnes sur la terre toute ta misère,

Chasses la cage qui ménage ton nuage,
Mais au-delà du grand âge tournes la page.


"Ne pas railler, ne pas déplorer, ne pas maudire, mais comprendre." Spinoza.

Ecrit par Socrate
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net