Paradoxe

L'Espagne bourdonne sur un air bien paisible.
Elle est articulée dans une ronde lisse.
J'ai envie de sauter sur un siège possible
Et tomber d'extase sous une croix délice.

Il pleut sur la baie en hésitations moulues
D'un plateau infini ou creux et bosses emmêlent
Le bruit. Rien n'est choisi. Sang de charogne nue
Sur la plage qui se débat au cœur des belles.

Le ciel s'ouvre par des éclats hétérodoxes.
L'ogive supporte la voûte en paradoxes.
Un soubresaut secoue l'échine vers l'écume.

Des livres d'or brillent sous un plafond de rêves
Prêts à s'effondrer dans un marais de légumes.
Une balle en plastique amoncelle une trêve.




Ecrit par Paul Konstantin
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net