Début d'un deuil

Je ne saurais exprimer puisque je ne ressens,
qu’un nuage embrumé qui mon âme tourmente.
La sensation est assourdi, mon cœur est sous l’eau,
je sens arriver au loin le chaos.

Le choc fut immense et a coupé du cœur,
ôté un bout d’âme, j’ai perdu une sœur.
Mais l’anesthésie des sens fait qu’au jour d’aujourd’hui,
je ne puis vous dire où le dégât fini.

Je suis submergée, je suis anéantie.
Et pourtant toujours je suis en vie.
Entre espoir et désespoir je ne sais je balance
Qu’où elle est elle ait une nouvelle chance.

Sans elle, je me sens perdue,
la vie implacable continue
Son rythme me porte
Mais un creux subsiste.
Jamais je le sais il ne serai comblé
Car sa place toujours lui sera réservée.

Avec ce manque je grandirai
Sa présence en esprit je deviendrai
Quelqu’un qu’elle ne connaîtra plus
Mais qui la gardera comme souvenir
D'un être essentiel à celle que je vais devenir.




Ecrit par Dellydello
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net