Ancolie - mélancolie

Souvenirs des processions de la Fête-Dieu de mon enfance


Voici qu’au jardin s’épanouit l’ancolie,
Ambassadrice de l’été,
En jupons à godets de teintes bien jolies,
Couronnés d’éperons pointés.

Dominant une plantureuse foison verte
S’offrent ses charmants cotillons
Les étamines sucrées sous sa robe ouverte
Sont le régal des papillons.

« Gant de Notre-Dame » la nommaient nos grands-mères
Qui cueillaient ses fleurs tôt matin
Pour les lancer au chemin processionnaire
De l’ostensoir à la mi-juin.

Alors que la noble rose était destinée
À trôner sur tous les autels,
Ses mystiques fleurettes mouraient piétinées,
Gloire éphémère et sort cruel.

Ancolie-mélancolie, quand j’étais petite,
Je te sacrifiais sans blêmir
Avec la pivoine, l’iris, la clématite.
Pardon de t’avoir fait souffrir.

Dès lors tu croîs chez moi comme une herbe follette,
Pour fêter Dieu n’ai nul besoin
D’ostentation, la coutume est obsolète,
Ta place est au cœur du jardin.




C'est aujourd'hui le jour !

Ecrit par Oxalys
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net