D'une dame en son neuf château

C'est dans le berceau roux où ton visage brûle
Les mille feux de ce soleil de rire et chair
C'est dans les eaux de ton regard cet éclat clair
Qui tint mon souffle et mon soupir sous sa férule

Dans le moulin qui roule et moud de la mémoire
L'or et l'airain de ta présence enfuie mais là
Aube tournée par flot qui des monts dévala
Totem autour duquel s'enroule toute histoire

C'est dans tes yeux bien plus profonds que l'origine
En cet ailleurs où se sourça dessous tes cils
Le premier nœud duquel s'étirent tous les fils

Que le guet du matin pour le jour en gésine
A l'horizon surprend ton bâillement sauveur
Ô Toi partie dont j'ai gardé vive saveur !


©destination d'Angers

Ecrit par Jim
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net