La fugue de quinze ans

Depuis longtemps déjà ; huit jours, peut-être trois,
Je m’étais échappé. Vrai, c’était important ;
Et la jeune adorée m’attendait à Rouen.
J’avais laissé sur les rails mon cœur et ma croix.


 Quinze ans ! Le désir fou d’aller voir le pays
A la belle saison ! Sauter par les fenêtres
Et filer dans la nuit sous le souffle des hêtres.
Il fait chaud. Et mes pas semblent des gribouillis


 Tracés dans la rosée d’un matin lumineux.
La nuit meurt à mon front de ses gouttes fluettes
Et j’avance, imprécis ; Sans savoir où se jettent
Mes pas inconscients et mon corps amoureux.


 Je n’ai rien dit, juré ! Juste un mot dans mon lit,
Très approximatif et qui ne disait rien.
J’avais aussi laissé mon téléphone aux mains
De quelque enfant malade, et qui m’avait souri.


 Jamais je n’avais marché sur les pavés roses
Et tout m’était nouveau.  Un jeune vin du sud
Me coulait au visage ; Comme les préludes.
J’étais de mes journées le génie virtuose.


 J’ai menti de mes dix doigts ; mangé du pain dur
Et de l’herbe morte. J’ai rendu incertains
Les costumes violets et les bleus égyptiens.
J’ai senti tous les vents traverser ma coiffure.


 Gamin insatiable, je suivais les routes,
Des grands sillons tracés dans une terre forte ;
France, j’étais chez toi ! J’ouvrais toutes les portes !
Et semais sous le soleil mes mots et mes doutes.

 
Il me semblait que j’étais nu toutes les nuits ;
Quand sous des étoiles bienveillantes, sous
La voûte fantastique qui me voyait soûl
Et stoïque je ne connaissais pas l’ennui !


J'arrivais à Paris. Seul dans mes poches creuses
Il y avait du bruit et des gens qui passaient
Sous les voûtes laiteuses d'un ciel dévasté ;
Moi, je voulais marcher sur la ville amoureuse.


Et j'avais tout le temps. Libre comme un grand vent
J'allais où je voulais ; Je me laissais tenter
Par la vie de toujours et les frivolités
Que l'on sentaient flotter dans de sombres courants.


Muse ; grands animaux ; et les poids sur les nuques
Qui étaient courbées vers le ciment colporteur
De parfums et de sons qui me laissaient rêveur
Devant ceux-là, pressés, qui étaient des eunuques.


Et bientôt je fuyais, encore et à nouveau
Vers les soleils du nord qui m'attendaient là-bas
Sous les tropiques froides. Je n'entendais pas
Dans mes rimes maladives le renouveau.





















 

 





Ecrit par Francois
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net