Consolation



À la lisière de la forêt,
Superbe sapinière
Hiératique et hardie, habite
Une végétation mesquine.

Bardane, aubépines, buissons,
Séneçon, petits chênes.
Une insouciance foisonnante
Que l'automne colore.

Mais, pour sa première visite,
Le gel tue fleurs et feuilles
D'un air désinvolte, enjoué.
Les conifères rient.

Les petits chênes , de rancoeur
Accablés, se consolent :
Bientôt la Noël, ces sapins
Ne seront que décor.




Ecrit par Louis
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net