Intime regret

Lentement, ils s'en vont, dans l'obscur et l'ennui,
En quête d'un abri ou l'éclat d'une étoile.
Partent-ils vers l'oubli, égarés sur la toile,
Tous ces mots que l'on saigne au trouble de nos nuits?

Ils sont la chair de l'âme et le piment des flammes,
Le plus fragile espoir de celui qui apprend
Qu'il n'existe de graal au bout de son tourment,
Pour combler ce besoin d'absolu qui l'enflamme.

Comme d'autres, j'ai cru, à la force des cris
Tracés à l'encre noire aux marges de la vie,
Pour mieux grimer les soirs qui brisent les envies
Et se cachent souvent derrière mes écrits.

Dans ces jours d'infortune où se perdent mes songes,
Je n'espère rien d'autre à l'appel de ma voix,
Que le silence lourd pesant de tout son poids
Comme ultime réponse à ce mal qui me ronge.

Puis l'intime regret, laissé là en suspend,
De ces pièces brisées que le destin n'assemble;
Simplement, quelque part, quelqu'un qui me ressemble.
Au reflet de mes mots, quelqu'un qui me comprend.




Ecrit par Myosotis
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net