Les éclopés

Un bourdon huma une fleur carnivore
Qui croqua dans ses dents l’intrus matamore ;
Puis, l’abeille lui dit : « pourquoi voles-tu
Près de ce vorace carnier mal foutu ? »

Un chien se piégea dans un traquet rouillé
Que le chasseur perfide avait oublié ;
Sa chienne tomba dans un sable mouvant,
Les fourmis en firent un festin vivant.

Un roi sans reine sombra dans l’anarchie
Quand ses sujets le traitèrent de chimère
En rêvant d’espoir et de démocratie.

Le despote se mura dans ses pouvoirs
Pendant que la foule criait sa colère
Devant son burg maçonné de désespoirs.





Tous droits réservés © Claude Lachapelle / octobre 2018


Ecrit par Claudel
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net