Mythe de cendres

Cendrillon ou la dépouille
de voix mortes, oubliées

Aux petites filles sages
tu fus poison suprême et idéal
Leurs petites vies t’ont regardée,
les yeux diaphanes et rose pâle
Mais tu n’es plus
Ici, les princes et les princesses
écrabouillent les citrouilles

Dans la fiole s’est effondré
un vieux fond de brouillard
Magie cryogénisée
aux froids parfums de fées instables
Et les hybrides impures
se blessent
à leurs falbalas mi-soie, mi-rasoirs,
ruminant les restes
de quelque délicieux, défunt miroir

Ont jailli du flacon
mille génies de guerrières
Trois grâces de velours
pour une armada de sorcières
Et leurs clones impudiques
griffent des siècles de lumière
tels de grands vautours anorexiques
affûtant leurs phalanges de harpiste

Sous les fards du bal devenu carnaval
les narcissiques négatives
aux spectres incorrects et criards
dévissent l’amour
pendant que l’Y du mâle
se dissout à ses X
Et le rêve crève, inachevé
sur la civière de mots abstraits
chloroformés par le temps

Belle Cendrillon d’antan
Combien t’ont lue de travers ?
Le monde bouge
- Te réinventer, il faudrait


Parce que l’amour est matière première
Parce que c’est dans l’enfance qu’on y puise cet idéal


Ecrit par BOETIANE
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net