Mens mentiri

Accrocher son manteau au rayon de soleil
Qui tombe de la meurtrière
Le langage tord le réel et allonge
L’espace entre les parlatifs
J’aime l’éclair et l’éclaircie
Et l’éclaircissement entre les météores
D’un orage éclatant
Je suis innocente du sang versé
J’aime la paix océanique du confiteor
Quid est veritas
Altercation des alter
La lampe de la langue
Accentue les obscurs
Quand elle n’éclaire plus
Fatras des pavements
Non balayés du Moyen-Age
La confession du négatif
Restée sur les cavernes
Manger des visitandines
Dans un corbeillon en osier
En jouant à dire
Ce que l’on n’a pas fait
Je n’ai pas mangé de pierres de lune
Je n’ai pas tué le varan
Je n’ai pas abattu le cèdre du Liban

J’ai reçu la dépêche d’Ems
Falsifiée par Bismarck

Chaque bouche est pleine de je t’aime
Chaque famille est un cimetière

Voilà pourquoi je reste moi .

4 /12 /18 /11h


mens mentiri
le mental ment

merci à celui qui vient de m'envoyer ce magnifique bouquet de roses


Ecrit par Violette
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net