Décollation du Milieu

Je suis la toiturière
Hauturière bénie
Qui perd ses os d’orfraie
Dans le glacis des vagues
L’éternité m’enroule
Sous les orgues divines
Des abysses miroir
Je vis dans l’entre-deux
Suspendue aux rayons
D’un univers tout bleu
Sur un arbre stylite
Balancé dans le vent
Au-dessus de la houle
Une alcôve aérienne
Entre le ciel et l’eau
Une échelle arrêtée
Dans la montée du ciel
Une sirène ailée
Qui boit le goutte à goutte
De la pluie dans sa bouche
Les anges me survolent
Dans l’endormissement
Du bruissement feuillu
Respir de la musique
Et fumée d’encensoir
Et quand descend le soir
En déluge de rouge
Je mets ma cape noire
Constellée de feux bleus
La calotte polaire
Est un froid sidéral
Où voguent des sirènes
Qui entonnent le chant
Affabulaire
De l’Amour éternel
Les flottaisons livides
De nos langues impies
Gisent à la surface
D’une noire banquise

Adieu je vous aimais
Adieu
Je ne reviens jamais.

Marine
29 décembre 2018
9 h




Ecrit par Violette
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net