Portrait saharien

Le soleil brillait d’un rouge sang
Sur le désert chauve ;
Les vents sifflants façonnaient par cent
Des dunes gonflées de sable mauve.

La tourmente épouvantait d’un cran
Les randonneurs glauques ;
Des tourbillons formaient un écran
De mirages aux hurlements rauques.

Moi, je marchais seul en solitaire ;
Visage vaseux !
Je priai Gaïa, ma douce terre,
De me sortir de ce trou terreux.



Tous droits réservés © Claude Lachapelle / Janvier 2019


Ecrit par Claudel
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net