Hobo’s Blues


J’ai jasé toute la nuit
Avec un vieil ami
Un certain Jack Daniel
Qui m’répond quand j’l’appel
Quand l’matin s’est relevé
Y’avait rien de changé
Quand ça fait mal en dedans
Ferme ta gueule, serre les dents.

La lumière est trop blanche
La vérité trop franche
Au fond de la bouteille
Noir ou blanc c’est pareil
Le soleil est trop haut
Et il me tourne le dos
On r’garde jamais en face
Les choses qui nous tracassent

Je quitte ce monde étrange
que je ne comprend pas
Ou les dieux et les anges
Sont toujours au combat
Où on apprend aux enfants
Œil pour œil, dent pour dent
Où la gorge de la femme
Est percée d’une lame

J’ai pas su vous aimer
Vous qui le méritiez
S’il vous reste un souvenir
Jetez le dans l’avenir
J’écris ces quelques lignes
Un dernier geste digne
Mettez sur l’écriteau
« Ici gît le Hobo »

J’ai jasé toute la nuit
Avec un vieil ami
Un certain Jack Daniel
Qui m’répond quand j’l’appel
Quand l’matin s’est relevé
Y’avait rien de changé
Quand ça fait mal en d’dans
Ferme ta gueule, serre les dents.


Texte de la chanson : Hobo’s Blues
CD : Tempête dans le Sablier
Artiste : Bruno G. Simard
Productions Brumes ©2005


Ecrit par HOBO
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net