Que ferais-je d’une maîtresse ?

Que ferais-je d’une maîtresse,
Moi qui suis le rentier ravi
Des papouilles et des caresses
Dont tu me repais à l’envi ?

Qu’ai-je besoin des autres femmes,
Quand au moindre de mes désirs
Tu parais et me désaffames
Mieux qu’on fête les grands vizirs ?

Aurais-je cent vingt courtisanes
A mes pieds, je leur dirais : non !
Moi qui règne sur tes domaines
Et sur ton petit Trianon.

Et pourquoi pas un gynécée ?
Tes noirs soupçons m’y trouvent-ils,
Avec la face violacée,
Courant de pistil en pistil ?

Mon anxieuse, ô ma tyrannique,
Que j’aime ta lippe de loup
Lorsqu’elle gronde de panique
Par ton tempérament jaloux !

(Quant à vous, pauvres demoiselles
Si seulettes, je compatis,
Mais gardez vos yeux de gazelle,
Moi je garde mes abattis !)




Ecrit par Lejassyote
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net