Eponge au long cours



Je ne compterai pas tous les soleils levants
Auxquels j'eus droit, privé de vous, muse lointaine :
J'y fus novice, mousse, et m'y crus capitaine,
Votre ombre m’inspirant, au vent ou sous le vent…


C'était l'ombre d'une île où j’ai croisé souvent
L'escadrille de fous de bassan, j’imagine,
Soulevant l’horizon du désir qui s’obstine,
Je ne sais plus pourquoi, à planer comme avant…


« Charmeuse de serpent », souffle de Lorient
Le submersible en laisse à la base marine…
Je fais l’âne : « Hi- Han », pauvre clown souriant !


Tandis que les oiseaux dévorent leurs sardines,
Je regarde vers l’Est, l’ombre au soir qui s’allonge,
Et mon âme s’emplit de nostalgie, éponge…




Ecrit par CinquiemeVallee
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net