Fraternité ? Vous voulez rigoler ou êtes vous naïfs ?



Fraternité, bien sûr, est un hochet célèbre
Et les peuples bernés l’on bien vu s’agiter
On voulut, maintes fois, la sortir des ténèbres
Mais l’on fit mille lois pour la court-circuiter.

La société en fit un incroyable algèbre
Que certains utilisent pour mieux nous irriter
De la fraternité le service funèbre
Donne à tous les humains le temps de méditer.

Que l’on soit en amont, en aval du fleuve,
Rivalité des uns des autres est une veuve
Et le petit d’ici est le grand de là- bas

Épictète jadis essaya de le dire
Ce qui dépend de nous est notre seul tracas
Vouloir un monde frère est l’utopie la pire.


Alors emprisonnés dans une dépendance
Il faut négocier ce qui est relatif
Mettre fraternité en aucune balance
Son poids est infini autant qu’il est fictif.

Les lois nous font captifs par leur folle abondance
Et l’on voit les écarts du flou législatif
Les codes empilés vont à la décadence
Nul ne peut tout savoir d’un flot cumulatif

La parfaite raison fuit toute extrémité
Et veut que l’on soit sage avec sobriété 
Molière l’a dit, Alceste le déclame

On est plus ou bien moins d’un système captif
L’ignorer c’est mentir d’une façon infâme
Fraternité est fruit d’un rêveur inventif.




Ecrit par Rimatouvent
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net