A la dérobée

Le vent dégrafe la colline
De sa robe d'automne
Dévoilant un mamelon
Que frise un soleil vif

Le nuage caresse l'à-pic
Envahi de broussailles
Où se déhanche frivole
Une source inconstante

Un gerfaut déflore la ravine
Diaprée d'innocence
D'une parade délurée
Aux saveurs crapules

Un chant jaillit de l'onde
Où miroite une perle ardente
Débusquée de sa gangue
Frémissante de trouble

Dans les affres d'une nature
Détroussée et rebelle
S'égosille l'irréel
D'un combat gourmand

A la lune venue
La vallée déboutonne
Son habit de lumière
Et s'offre nue




Ecrit par Tigrou
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net