Chômeur à mon insu

"Entre trop tard et trottoir"
Il y a celui qui passe parfois
Il est l’ombre d’un Espoir
La Lumière illumine ses pas

C’est le plus Libre des humains
Et on l’appelle tristement Chômeur
Il n’a plus ses jeunes vint ans
Il n’est plus assez rêveur…

"Entre trop tard et trottoir"
Un bref instant je me suis assis
O, il n’y avait rien à boire…
Et toute cette mélancolie

J’étais de là, le seul à voir
A l’horizon, le Paradis…

Ici, ils restent des pyramides
De ces mystères non résolus…
J’avais les mains un peu humides
Je m’accrochais à une étoile

J’étais chômeur à mon insu…


P.S. à Alain dit CinquiemeVallee à qui revient le magnifique vers en citation




Ecrit par Attention
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net