Histoire ancienne

Dans l'écrin de vos coeurs
ouvert aux quatre vents.

J'ai tenté bien souvent
de trouver un joyau.

Mais que de peine perdue
à débusquer l'amour.

Plus les écrins sont beaux
plus les joyaux sont faux.

Alors préférant l'ombre
au velours du clinquant.

J'ai livré ma passion
aux genoux d'une femme.

Et de l'amour aveugle
oublié au tombeau.

S'eveilla la tendresse
qui bêle en chantant faux.




Ecrit par Gjaril
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net