Aux rimailleurs

Lorsque riche rime femelle
De son parfum s'est bien outrée
De ses appas s'est accoutrée
A paré sa riche mamelle

Lorsque triste polichinelle
Mâle rime tel beau castré
Avec très vieux marquis lustré
Pour quérir l'outrageuse belle

Le sonnet prêt pour la luxure
Lors s'accouplera sans bavure.
Le rimailleur en sa décence

Qui le fait peu malicieux
Peut enfin lâcher sa semence
Tout son soûl vers les divins cieux !


Je suis moi-même un rimailleur...mais malicieux !

Ecrit par Philippeb
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net