Vous en souvenez vous

Vous en souvenez vous
De ce train qui partait
De la gare de Voncq à midi trente deux ?

Vous en souvenez vous
Ame qui disparais
Sait de la rue du mont où j'attendais fièvreux,

Vous en souvenez vous
Cher âme qui dansiez
Dans le parc immobile où germait un printemps,

Vous en souvenez vous
Qui sans cesse mordiez
Ce fruit bien trop amer des lèvres de vingt ans.

Vous en souvenez vous
De l'esprit fleurit d'or
Qu'humait les soirs de juins vos narines gonflantes,

Vous en souvenez vous
De cette voix tremblante
Qui hurlait votre nom , du haut des rues d'Arvor.

Vous en souvenez vous
Je n'ai plus de mémoire
Et le soir est tranquille aux humeurs des tavernes,

Vous en souvenez vous
Et du givre et des cernes
Qui lentement sont tues jusqu'au prochain départ,

Vous en souvenez vous
Chère âme qui passiez
Moi non , jamais , plus rien ne vient troubler mon âme,

Vous en souvenez vous
De ce temps arrêté
Et de la fin du monde au regard d'une femme .





Ecrit par L_ Alb_Atroce___
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net