Vent d'orient


Le jour s'avance lentement,
Le soleil envahit
L'horizon de salves éclatantes, 
Brillants, rubis, topaze.

Orage venu d'orient,
Un jeu pour les rhéteurs.
Voilages d'or pliés la nuit,
Que la Dame déploie.

À la brise issue du levant,
Les poussières accourent
Autour de leur grand manitou :
Le vent, qui ordonne, sûr.

Elles se déploient en couronnes,
Voyageant vers la gloire,
Fières de s'insérer, enfin,
Dans la sphère à la mode.




Ecrit par Louis
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net