Nul ne l'entend au loin

Flammèches courroucées
En un instant vrombissent
Unissent, étourdissent
Xanthies et fiancées.

Danses en arrondi
Encerclent le foyer.

Les faces rougeoyées
Avouent un incendie.

Solstice à son entame
Apogée estival
Immense carnaval.
Nul ne l'entend au loin.
Tourbillonnent les âmes.

Jeunesse pour témoin
Enfants peu ou pas sages
Aux rites de passage.
Nul ne l'entend au loin.


Acrostiche en hexasyllabes sur le thème du mois.
J'ai voulu situer cette fête de la Saint-Jean en juin 1914 peu avant la guerre.
"Nul ne l'entend" fait référence au bruit sourd de la guerre qui s'immisce insidieusement dans la fête.


Ecrit par Serona
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net