Dans ma maison des songes

Penché
Du bord de mon nuage de coton
Sans perdre l’équilibre
De mon déséquilibre
J’observe ce monde cruel
Qui m’a trainé longtemps
À ses pieds

Ici le temps ne se décompte plus
Il est suspendu
Après s’être vidé de son poids
Je glisse hors de moi
Je me multiplie et construis
Ma maison des songes
Ou que je me repose, me ressource, et respire l’air du vent

Ici je ne suis jamais seul,
Il y a de pèlerins qui vont et viennent de la terre féconde
Il y des anges
Avec des yeux pareils
Aux étoiles
Que j'ai la joie
L’émotion
Jusqu’aux larmes, de croiser
d'écouter et de m'abreuver de leur humanité.

Ici je me réjouis
Le soleil, le chant des oiseaux, l'infinie beauté qui me baigne
M’emplit, me nourrit

Aux éclats de l’aube
Je reprends mon moi
Et retombe
Sans idée de l’endroit

Dans cette épaisse foret humaine




Ecrit par Lephenix
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net