Le professeur



Il est celui qui fait escalader la vie
à ceux qui, de savoir, ont un si grand besoin.
Du calice des cours, tantôt il boit la lie,
tantôt – trop rarement – il hume le parfum
d’un excellent devoir, d’une leçon bien sue.
Et un éclair de joie brille alors dans ses yeux.
Il se disait : « En vain, en vain je m’évertue… »
Il se rassure et voit qu’on répond à ses vœux.

Il est un boulanger, les bras dans le pétrin ;
il brasse les esprits avec sa connaissance,
dépose en chacun d’eux un peu de son levain,
les dresse et les détord, les sale de sa science.
Du four de l’instruction il les sort de sa pelle,
et il voit s’en aller au bout de chaque année
les pains qui sont ratés, ceux dont l’allure est belle,
enfant après enfant, fournée après fournée.



Un poème de jeunesse. J'avais 15 ans en 1963.

Ecrit par Libeyre
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net