Montagne sublime

Suivre tes lignes évasé
De mes yeux ne me fais point sourciller
Bien que tes rayons me font vaciller
De ta chaleur immaculée je renaît

Oh splendeur adorable
Ton coquillage impénétrable
Me laisse un arrière goût amer
Qui n’est point celui du sel de mer

Dans ton passé glorieux
A l’opposé des cieux
Des souvenirs dans ta grotte
Remontent jusque dans ma glotte

Oh belle montagne
Pouvoir te contempler
Sans jamais te toucher
N’est qu’un douloureux bagne





Ecrit par Ledeir
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net