Migrants

Franchir la ligne rouge où veillent les soldats
Ramper sous le réseau des câbles électriques
Onduler dans le bois comme font les serpents
Nouer l’écharpe au bras blessé du camarade
Traîner derrière soi cette femme qui boîte
Incendier le taillis pour faire diversion
Errer désespérés le long des barbelés
Réussir à passer dans l’encre de la nuit
Entrer au paradis ou peut-être en enfer.




Ecrit par Libeyre
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net