Le poète

Il ne voit plus de fleurs
Sur le bord des chemins
Mais les perfides leurres
De meilleurs lendemains ;

Il n'entend plus les rires
Dans la rage du monde
Mais les furieux délires
D'un animal immonde ;

Lui reste au fond du cœur
De l'amour qui s'épuise
Et dans les yeux la peur
Du couteau qu'on aiguise.

Le poète est perdu
Sur la terre qui gronde
Et ses deux bras tendus
N'arrêtent pas la ronde.



Extrait du recueil "L'attrape-rêves", paru aux éditions STELLAMARIS en 2018


Ecrit par Wawa
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net