L'eau à la bouche

comme les feuilles s'envolent
Souvent les mots nous touchent
on veut croire aux paroles
qui passent par la bouche

Souvent déçus d'y voir
Des visages ringards
La présence d'un miroir
Blesse tous les regards


c'est le mensonge qui rend
Le masque obligatoire
A l'interrogatoire
il se montre attirant

une tenue légère
provoque bien des phantasmes
mais une mine austère
modère notre enthousiasme

nous préférons l'air pur
à l'air chargé de miasmes
Parler d'une sale ordure
C'est faire un pléonasme

il faut peser les mots
Qu'on met dans la balance
Mais ne pas taire les maux
Tant pèse le silence

comme les feuilles s'envolent
Souvent les mots nous touchent
on veut croire aux paroles
qui passent par la bouche

Alain




Ecrit par Recreation
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net