Soupe au lard

La pénombre du matin se lève
Interstice par la fenêtre
A travers les rideaux blanc gris
Le temps était bas, les nuages
Empêchaient le froid de pénétrer

Mais la fraîcheur s’est installée
Depuis le printemps dernier
C’est l’automne qui sonne
Le glas de mes offices
Pas très catholique
Reprendre un peu de missel
Et de sel dans la soupe aux vermicelles
Goutte de gras au lard fumé
Fumant dans la louche à maman

Je suis tombé sur mes genoux
Prostré j’ai pleuré de cauchemars

Quand tout ceci a commencé ?
Quand notre chute a débutée?
Noyé dans mes larmes derrière
Lesquelles passe une vidéo d’un jeune homme
Rond, chevelu, rebelle, représentant d’une autre époque
Parti bien trop tôt
A moto ou en hélico en pensant aux potos

Que restera t-il des idéaux sous la mitraille ?
Rendre nos armes sans le tranchant
Nécessaire à couper les folies
Un armistice pourrait être plus obscure
Que la plus vil des paix nous asservissant

Ce matin à genoux pour mieux
Embrasser la terre debout
Le stylo en est aussi soûl


Tifred novembre 2020

Ecrit par Tifred
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net