Sur l'aile bleue du vent

Le ciel s'est endormi sur l'aile bleue du vent
Qui passe, inachevée, dans l'ombre des collines
Où le chemin se cache, où le soir qui descend
Touche de son écho la mousse des ravines.

Alors, comme envoûté par la danse des fées,
Le ciel a voyagé sur l'aile bleue du vent
Jusqu'au fond des vallons des ultimes contrées
Où la main peut saisir la grâce d'un instant.

La lune, enveloppée de son tulle d'argent,
Laisse à peine entrevoir ses ondes minérales :
Le ciel a tant rêvé sur l'aile bleue du vent
Qu'il a frôlé le seuil des aubes sidérales.

Quand la brume a penché sur ses rives lointaines
L'évanescent frisson du matin frémissant,
Quand l'herbe neuve a bu la pierre des fontaines,
Le ciel s'est réveillé sur l'aile bleue du vent.






Ce poème est un "faux maillet" en alexandrins. "Faux" car dans
le vrai maillet le même vers est repris dans toutes les strophes,
alors qu'ici le premier hémistiche est différent à chaque fois.

Le thème "Voler" est plus effleuré que vraiment "traité".

Décidément, ces poètes n'en font qu'à leur tête ! LOL ;)


Ecrit par Ombrefeuille
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net