D'ode en délivrance mon être a chaviré

Allongé aux frais rayonnements de la verte altitude
Indifférent au sourire fleuri du présent enthousiaste
Mon corps boursoufflé d'un cœur trop bouillonnant
S'égare au firmament qu'évente un plumeau invariant

En cascade de fol organdi l'enfer éclot en Eden
Sous les voiles aguicheurs des cambrures te dessinent
En Aphrodite adorable jouant d'extravagants délices
A mon œil engourdi par une sombre tord-peur

Escaladant ce palais volupté je m'égare en baisers
Modèle des écharpes de satin au roulé de tes hanches
Lustre tes seins de fièvre érectile aux lueurs d'acier
Forge tes cuisses offertes en reinette indécente

Mais le vent te déjoue et plus loin tu m'attires
A l'abri d'un hiatus ta bouche circonflexe une soif
Que mon vit voyage en invite d'une joie échevelée
Où ta poélangue lyrique entonne une ode euphorique

Au ballet je m'accouple et confiant dans la symétrique
Aux orgues je m'exaspère en trilles de corps érotiques
Où nos sens clandestins amourent un concerto en rut
D'où les éclairs tonnent une ribambelle de contre-ut …opie

Las ! Je suis vivant mais à l'écoute d'un corps vibrant
N'ai su palper l'impalpable d'un amour en quête d'improbable





Ecrit par Tigrou
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net