Neige, te revoilà!

Parée de ton manteau blanc,
Aussi scintillant que le marbre de Carrare,
J'avais oublié ton existence.

Ta venue désormais est si rare,
Que cela me glace le sang
Lorsque tu fais acte de présence.

Tant de paysages blanchâtres
Suffisent à me faire rêver,
Malgré ma vie si triste.

En dépit du ciel grisâtre,
Le fait que tu existes,
Suffit à m'apaiser.

Tant de douceur à toute heure
Lorsque je marche avec toi,
La vision de ton corps efface
L'impitoyable froid de l'hiver.

A mesure que le temps passe,
Les saisons de ce monde se terrent,
Plus rien en ce temps demeure,
Mon cœur, pour l'avenir, prend peur.

Qui sait ce qu'il adviendra de toi?




Ecrit par Hades
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net