Tout n'est pas sur le web !





Réponse



Redeviendrais-je un jour sauvage ?
Brillera-t-elle encor, la flamme dans mes yeux ?
La mécanique est morte ? et cassés les essieux ?
Ce serait du temps le ravage ?

Roide, je m’éteindrais comme un feu consumé ?
Est-ce toi, ciel, qui t’obscurcis ?
Passé, sans sursaut ni sursis ?
Cette odeur ? L’hallali, quand l’avais-je humé ?

Tout vivant, se peut-il à la fin que j’en meure ?
Si jeune et déjà harassé ?
Fondu mon sablier ? cassé ?
En dormant mes jours vont, tout vivant, je demeure… ?

Au vrai, mon cerveau survivrait ?
Y pourrait-il, jamais refleurir une idée ?
Pauvre et véloce chose, où cours-tu, débridée ?
Sont-ce secrets qu’un seul livre ait ?

Me faudra-t-il, enfin, croupir à ce marasme ?
Ce rêve entaché de néant ?
Cauchemar louche et malséant ?
Quelque cérébrale et chronique forme d’asthme ?

Pas de réponse à mes questions ?
Le son seul, lancinant, de ma vaste névrose ?
A la merci d’un jeu qui dévaste et nécrose ?

Mais j’en créerai, des solutions !




Ecrit par Salus
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net